Actu France du 15-04-2014

Version radio: 

Version écrite au format PDF à télécharger: 

Sources :

et aussi :

Bonjour Brigitte, pour commencer vous nous donnez des nouvelles de deux sujets traités dans nos dernières émissions et qui ont, tous les deux, eu lieu Dimanche 13 Avril : l'opposition au gaz de couche dans le Pas de Calais et le GIEC.
Oui, nous vous avions annoncé un rassemblement le 13 Avril à Divion dans le Pas de Calais.
Et bien il fut beau et grand, ce rassemblement, puisque ce sont plus de 700 personnes qui ont répondu à l'appel des collectifs et qui ont manifesté Dimanche dernier contre l'exploration et l'exploitation des gaz de couche puisque je vous rappelle que la société britannique European Gas Limited (EGL) a reçu l'autorisation de travaux pour deux forages à Avion et Divion.
Les manifestants ont dénoncé non seulement l'éternel miroir aux alouettes qu'est la soi-disant création d'emplois, avancée à la fois par les pouvoirs publics et les foreurs, mais aussiTafta, le traité transatlantique entre les USA et l'Europe, dont Fleur Pellerin s'apprete à prendre les rennes des négociations.
Un second grand rassemblement aura lieu en juillet, dans la commune jumelle d'Avion, cette fois, où devraient commencer l'expérimentation.
Le GIEC, c'est le Groupement Intergouvernemental d'Experts sur l’Evolution du Climat. Alors, après l'échec complet des politiques précédentes en matière de lutte contre le réchauffement climatique, où en est-on aujourd'hui ?
Nous en sommes au 3ème et dernier volet du 5ème rapport du GIEC.
Il y a eu un premier volet qui apportait les preuves du réchauffement, ensuite un second qui dévoilait les impacts et ce Dimanche 13 avril à Berlin, c'était le troisième volet, destiné aux gouvernants, pour tenter d'atténuer le changement climatique.
Dans cette synthèse, le GIEC précise l’effrayante ampleur des bouleversements qui attendent l’humanité si elle ne parvient pas à infléchir la trajectoire climatique actuelle. Une véritable catastrophe si l’inaction demeure la norme dans le dossier des changements climatiques.
Malheureusement, lorsque l'on s'aperçoit que la publication de cette synthèse est passée inaperçue tant dans les milieux politiques que médiatiques, on peut être pessimiste sur la volonté réelle de nos gouvernants...

Manuel Valls a pourtant dit que la transition énergétique était une des priorité de son gouvernement ?

Un ministère si important que celui de l'Ecologie et de l'Energie qu'en moins de 2 ans, on en est au 4ème ministre … Bref, Ségolène Royal, dernière en date, l'a répété mercredi dernier en annonçant ses 4 chantiers :
la rénovation thermique des bâtiments, les énergies renouvelables et les économies d'énergie, la mobilité propre en matière de transport, (les voitures électriques qu'elle connait bien) et l'économie circulaire, avec l'objectif de transformer les déchets en matières premières
Dans notre dernière émission, d'ailleurs, vous nous aviez expliqué ce qu'était le biométhane/biogaz....
Mais, pour le gaz de schiste, que dit-elle ?
Parce que je me souviens avoir vu et entendu Madame Royal, c'était à St Sernin en Ardèche, en Juin 2011, on était alors en pleine campagne des primaires du PS, et elle clamait son opposition à l'exploitation au gaz du schiste...

Oui, mais ça, c'était avant ….
En entrant au gouvernement, on fait un relooking pour plaire aux poids lourds En particulier, au président de l'UFIP, Jean Louis Schilansky qui venait de déclarer :
« Ségolène .Royal doit revenir sur le dossier du gaz de schiste » et bien sûr à ses nouveaux collègues, Arnaud Montebourg et Laurent Fabius...
C'est ainsi que le 3 avril elle s'est carrément démarquée de ses prédécesseurs, Nicole Brick, Delphine Batho et Philippe Martin, en se disant ouverte à réexaminer la politique de la France. C'est un dossier sur lequel il faut « prendre le temps de l'écoute et l'expertise du sujet »
Et sur RTL le Dimanche 6 avril, bien qu'elle se soit déclarée opposée à l'exploitation du gaz de schiste "en l'état actuel des technologies, car elles sont dangereuses".Elle a ajouté : « On ne doit jamais fermer des perspectives de recherches ».
Et pour en être bien certain, ce 15 Avril, à l'Assemblée Nationale, en réponse à la question de la députée de l'Ardèche, Sabine Buis, elle a fait répondre « La recherche peut être entreprise d'où les derniers permis accordés »
CQFD, et ceux qui vont suivre...
Le très prolixe Christophe de Margerie s'est, lui aussi, exprimé dernièrement sur le gaz de schiste ?
Effectivement, c'était à l'occasion du Forum Libération de Rennes, consacré à l'objectif « 2030 » du gouvernement. Et là, il n'a pas tenu de propos aussi alambiqués que ceuxla ministre sur les recherches de méthodes « propres ». Non, sans détour et sans complexe il a dit : « Ici (en France), nous avons le droit de développer le gaz de schiste mais pas la fracturation hydraulique. Etant donné que l’on ne sait pas extraire le gaz d’une autre manière, nous n’avons donc pas le droit de développer du gaz de schiste ».
Le mot de la fin ?
Si vous me le permettez, il y en aura 2 :
- le 1er pour vous informer de la mobilisation qui aura lieu en région Rhône Alpes, dans un peu plus d'un mois, le 24 mai à Bellegarde sur Valserine avec le slogan : «  LEVONS-NOUS POUR DIRE UN « NON » DÉFINITIF AUX PERMIS DES MOUSSIÈRES ET DE GEX »
La sté Celtique Pétroleum a demandé le renouvellement de son permis des Moussières pour une deuxième période. La DREAL et le Préfet ont donné un avis défavorable à sa demande de renouvellement par la sté Celtinque Pétroleum. Mais c'est le ministère de l'Ecologie de Madame Royal qui doit donner sla décision définitive mi-juin.
- le second concerne le nouveau Code minier : Ségolène Royal a promis à Sabine Buis qu'une de ses caractèristiques serait la « transparence », sauf qu'à la lecture du projet présenté par le conseiller Thierry Tuot, c'est loin d'être le cas.
Et c'est pourquoi je vous encourage fortement à lire le texte de la pétition «  Code minier : intérêt général et démocratie en danger » sur le site www.petitions24.net et de le signer !

Et bien merci Brigitte, nous allons sans tarder suivre ce conseil ... A bientôt !