Actu Internationale du 02-12-2013

Version radio: 

Version écrite au format PDF à télécharger: 

Explosion d’un Oléoduc en Chine

Le site de la ville de Azle, au Texas

On ira tous en Iran !

 

Bonjour Michel, bonjour à tous,

Vous vouliez nous parler de la Chine ?

Bonjour Madeleine, Bonjour à tous. Je vous emmène dans une ville que les amateurs de bière du monde entier connaissent bien. Tsingtao. Et pour cause, puisque la ville a donné son nom à une bière qui se brasse ici et qui se vend dans le monde entier. Mais c’est aussi une ville portuaire de où part un oléoduc long de 250 km pour acheminer quelques millions de tonnes de brut par an. Mais il y a quelques jours, ce gros serpent a eu la mauvaise idée de se mettre à fuir. Une fois les ouvriers arrivés sur place pour colmater la fuite, il a changé de stratégie pour exploser en ouvrant littéralement le quartier en deux, faisant une cinquantaine de morts. Suite à quoi Il a fallu déplacer vingt milles personnes. Là-dessus, le pétrole brut s’est échappé pour se répandre dans la ville puis s’écouler dans la mer où il s’étale sur environ 3000 m² et on compte 22 bateaux nettoyeurs…

Ce sont des chiffres qui font peur…

Si vous voulez avoir peur avec les chiffres, sachez qu’en chine, les accidents industriels sont fréquents, souvent en raison du manque de respect des normes de sécurité. Les accidents du travail ont fait près de 28 000 morts en Chine durant les six premiers mois de 2013, selon des statistiques officielles. Ca raye de la carte une ville comme Chartres… Allez donc cliquer sur le lien sur notre site qui vous emmènera sur l’article du parisien le journal français dans lequel vous pourrez voir les images de ce drame.

Autre chose ?

Allons maintenant faire un tour au Texas, dans la ville de Azle, 10 000 habitants. Nous sommes en plein cœur de champs d’exploitation du gaz de schiste, qui s’emballe depuis 2007. Une vraie folie. Rien ne semble pouvoir stopper le développement des puits. Ici, le mercantilisme ne s’embarrasse pas de considérations écologiques. C’est pourquoi la nature a décidé de réagir et la population de Azle est aujourd’hui effrayée…

Quelles armes a pris la nature pour se défendre ?

L’exploitation des gaz de schiste commence en 2007. Imaginez-vous que dans cette région, il y a eu en 2007, trois tremblements de terre. En 2008, on en compte 29, et ça augmente comme ça jusqu’en 2012, où on compte 134 tremblements de terre. Les habitants s’affolent parce qu’en plus, les intensités s’amplifient dépassant la côte de 4, sur la fameuse échelle de Richter.

Mais les autorités ne réagissent pas ?

Et bien si. Poussé par la population, le maire a dépêché une batterie d’experts pour analyser la situation et tenter de comprendre les causes. Les conclusions sont accablantes pour la fracturation hydraulique. De plus, les rapports d’experts ont montré une pollution de l’air ainsi qu’une contamination des eaux souterraines.

Et donc l’exploitation du gaz de schiste est interdite ?

Ce n’est pas si simple. Alan Brundrett, Le maire d’Azle, a imposé une interdiction  mais que temporaire. En fait Le lobby pétrolier joue de tous ses leviers pour faire valoir que le prix du gaz naturel augmente sans cesse et que le refus d’exploiter le gaz de schiste se transformera vite en augmentation des factures pour les habitants… On connaît les paroles et la musique de cette chanson, elle est internationale… En cliquant sur le lien de ce sujet, vous pourrez voir les photos sur la carte des tremblements de terre ainsi que la date et l’heure de chacun et leurs intensités. Vous aurez donc quelques arguments pour répondre à ceux qui prétendent que l’exploration des gaz de schiste est sans danger.

On peut noter que ces dégâts majeurs ne sont jamais repris dans les médias français.

C’est bien pour ça qu’il est utile d’en parler ici. Un dernier mot. Nous savons tous que l’Iran vient d’assouplir sa position en matière d’équipements nucléaires et c’est tant mieux. Du coup, les relations commerciales vont pouvoir reprendre. Mais ce qui se passe, surtout, c’est la folie des pétroliers qui attendaient depuis des décennies pour remettre la main sur le trésor des immenses ressources pétrolières et l’on pouvait lire dans le magazine ‘L’usine Nouvelle’ de la semaine dernière, les détails de la foire d’empoigne entre les parapétroliers du monde entier qui est déjà qualifiée de cohue. Cliquez sur le lien ‘On ira tous en Iran’ et vous y verrez des interconnections avec le gaz de schiste.

Voilà les bonnes infos de la semaine internationale, dépêchez-vous d’aller écouter L’actu France avec Brigitte Maisonneuve, les aventures de schiste de l’Europe avec Loïc Saint Jalmes et le prochain dossier de Paul Reynard ainsi que la fine analyse de Christophe Léon.

Au revoir à tous !