Actu Internationale du 13-01-2014

Version radio: 

Version écrite au format PDF à télécharger: 

S O U R C E S

 La revue de l’Académie Nationale des Sciences aux Etats Unis

Les indiens Mapuches défendent leur territoire

Les Mic Mac du Nouveau Brunswick ne veulent pas du gaz de schiste

USA Today confirme la pollution de l’eau de forage

Mr Shilansky déclare qu’il n’y a pas d’accidents connus à l’exploitation du gaz de schiste

Voici un article de fonds paru aux Etats Unis, édité dans la PNAS, c'est-à-dire la revue de l’Académie Nationale des Sciences des Etats Unis. C’est pas franchement le genre de littérature faite pour vous bidonner entre amis et ces scientifiques là ont sont réputés pour la finesse de leur analyse ainsi que pour l’intégrité de leur probité. Pour vous dire, je n’ai pas pu finir la lecture de l’étude sur les données des impacts de l’exposition prolongée à la pollution de l’air sur l’espérance de vie consécutive à la politique agricole le long de la rivière Huai en Chine. Une équipe de ces scientifiques a publié une étude, le 25 novembre dernier, qui a montré que les émissions de méthane dans ce pays sont de 50 à 70 % supérieures aux inventaires officiels. Et oui, non seulement l’état américain est pris en flagrant délit de mensonge, mais en plus, l’étude prouve que ces émissions nocives sont encore plus accentuées dans les états à forte concentration d’exploitation de gaz de schiste. L’étude se termine sur la constatation que le gaz de schiste est une source d’énergie dont les émissions de méthane sont aussi nocives que… le charbon. Vous retrouverez cette info dans le magazine Alternatives Economiques de ce mois de Janvier.

Pour ce qui concerne l’Amazonie, le lobby pétrolier mondial continue de mettre la pression à fin de gagner quelque argent en détruisant effrontément les logiques de vie locales. Et ce sont les indiens Mapuches qui ont réussi à tempérer les ardeurs de Madame Kirchner, présidente de l’Argentine. Vous pouvez vous rendre sur le site de la chaîne Arte pour y voir un documentaire à ce sujet.

Nous vous parlons souvent du Canada où l’exploitation du gaz de schiste et surtout son développement sont une problématique quotidienne. Une fois encore, c’est au Nouveau Brunswick que les conflits se concentrent, dans la ville de Rexton, dans la province qui répond au doux nom de Elsipogtog. C’est là qu’habitaient les fameux ‘Mic Mac’, ces braves gens qui, pour montrer tout le respect qu’ils portaient aux cultures occidentales, en voyant arriver les bateaux du colonisateur Jacques Cartier , lui avaient montré leur culs, en signe de refus de son débarquement chez eux. En utilisant d’autres moyens, c’est ce qu’ils viennent de faire le 7 janvier dernier en manifestant contre les pétroliers du gaz de schiste. Une partie d’entre eux est donc maintenant en prison. Les premiers jugements sont attendus pour la fin février, on suit ça de près. On attend aussi les suites juridiques de la tentative d’exploitation de l’île d’Anticosti, toute proche. Vous vous souvenez que cette île est classée Réserve Naturelle mais que les pétroliers y ont reniflé 30 milliards de baril dans son sous-sol…

Enfin, dans le journal USA Today, on apprend que 4 états confirment la pollution des eaux de source par les liquides de fracturation. Il s’agit de la Pennsylvanie, de l’Ohio, de la Virginie et du Texas. Dans chacun de ces états, des centaines et des centaines de plaintes sont déposés par des gens qui ont en commun de se présenter avec un bocal d’eau de leur robinet d’une couleur marronnasse qui évoque plus les égouts que l’eau de source. Désormais, on ne peut plus prétendre que cette pollution n’existe pas et, personnellement, j’aimerais bien que des exemplaires de ces bocaux nauséabonds soient envoyés en France pour être montrés sur nos plateaux de télévision, là où on peut encore voir des gens oser prétendre qu’il n’y a pas d’accident connu de la fracturation hydraulique… Par exemple, on aimerait voir Mr Shilansky, président de l’union française des industries pétrolières devant un de ces bocaux, lui qui a déclaré dans le journal ‘L’usine Nouvelle’, le 19 juin 2013, je cite :

Il n’y a pas eu un seul cas avéré de pollution de nappe phréatique liée à la fracturation hydraulique dans la recherche de gaz de schiste. Le fait de traverser la nappe phréatique est un sujet majeur pour tous les forages pétroliers, gaziers et géothermiques. Ce point est géré de la façon la plus méticuleuse. Enfin, comprenez bien qu’une pollution de la nappe phréatique, qu’elles qu’en soient l’origine et la raison, est un accident majeur ! Un tel accident mettrait n’importe quelle société à genoux ! La gestion de ce risque est une priorité absolue !

Fin de citation. Hé bien voilà, posons un de ces bocal sous le nez de ce sinistre individu en lui disant tout simplement : t’as raison, y’a pas de pollution, vas-y mon gars, régale toi ! Et verse-en un grand verre à tes enfants ! Il me semble que l’on est en droit de se demander pourquoi, dans le droit français, n’existe pas le délit de : mensonge.

Voilà pour cette semaine. Pensez à vous informer dans les autres rubriques de cette radio et à bientôt.

 

 

.