Analyse du 26/10/2013

Version radio: 

Version écrite au format PDF à télécharger: 

Sources

Le grand marché transatlantique ne se fera pas ! Texte de l’appel du collectif « Stop Tafta – le grand marché transatlantique ne passera pas ! » (PDF) 

 

Bonjour,

 

Le taffetas, avec deux « F », vous connaissez ? Un tissu de soie de grande qualité autrefois réalisé par les canuts, pour les puissants de ce monde.

 

Aujourd’hui, je vous parlerai de TAFTA. T-A-F-T-A. Pas le tissu, mais le projet de grand marché transatlantique. Appelé aussi TTIP.

 

Encore un projet de spécialistes, qui aura des répercussions pour tous, au niveau mondial. Voici les éléments dont nous disposons pour le moment:

  • Le 14 juin 2013, la Commission européenne a obtenu mandat de la part de tous les États-membres pour négocier avec les États-Unis le Transatlantic free trade area (TAFTA). Cet accord cherche à instaurer un vaste marché de libre-échange entre l'Union européenne et les États-Unis, allant au-delà des accords de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce).

Le document s’intitule “Directives pour les négociations sur le commerce transatlantique et le partenariat d’investissement entre l’Union européenne et les États-Unis d’Amérique”. Je ne vous le détaillerai pas aujourd’hui, il contient 46 points particuliers, dans un langage souvent technique, énumérés sur plus de 9 pages. Et ce ne sont que les directives!. On peut imaginer le volume et la complexité de l’accord final, qui devrait intervenir d’ici 2015.

  • Deuxième élément dont nous disposons, plus ou moins: le premier cycle de négociations sur le marché transatlantique (TTIP pour « Transatlantic Trade and Investment Partnership ») a eu lieu à Washington du 8 au 12 juillet 2013. Il s’agissait plutôt d’une première réunion de « défrichage » durant laquelle ont été abordés près de 20 domaines que le marché transatlantique entend couvrir.

Malgré tout, il reste très difficile d’obtenir des informations précises sur le contenu des discussions de juillet.

 

Alors, un collectif s’est créé lors d’une réunion qui s’est tenues courant octobre 2013 pour lutter contre ce projet. Étaient présents : Attac, Aitec, FSU, CGT, Confédération paysanne, Gauche Anticapitaliste, Parti de Gauche, Solidaires, Solidaires Douanes, Parti Pirate, jeunes écolo, Réelle Démocratie Maintenant, Faucheurs volontaires, Les Amis de la terre, Mouvement de la Paix, Economistes atterrés, EE les verts, Les Engraineurs, Fondation Copernic. Ce collectif se nomme « Stop Tafta – le grand marché transatlantique ne passera pas ! » Un nouveau collectif donc, qui a déjà rédigé un appel auquel d’autres organisations se joindront certainement.

Je relève une chose qui me plaît bien dans la présentation de cet appel, c’est le choix “de présenter au même niveau toutes les organisations signataires de l'appel”. J’y vois une certaine analogie avec le fonctionnement de nos collectifs opposés à l’exploitation des gaz de schiste, qui regroupent des syndicats, des partis politiques, des associations, des collectifs, des mouvenments, des fondations. L’important étant de se mettre d’accord sur ce contre quoi l’on se bat! Et de fonctionner sur un mode démocratique et horizontal, ou chacun trouve sa place. Preuve a été faite que cela fonctionne, et que l’on obtient des résultats.

 

Maintenant, essayons de comprendre le contenu de ce projet. Vous l’avez sans doute deviné, pour comprendre ne serait-ce que les directives données à la commission européenne, il faudrait être habitué au langage du commerce internationnal, et être familier des lois et réglements internationaux. Bref, mieux vaudrait être juriste ou dîplomé des Hautes Études Commerciales.

 

J’ai donc choisi d’aborder la lecture critique de ces documents d’une manière particulière. Voici ma méthode: je l’appellerai “lecture différenciée”, qui permet de séparer le vrai du faux.

Prenons d’abord les objectifs déclarés dans le texte, point par point. De cette lecture, soulignons ce qui concerne effectivement et directement ce qui est favorable au commerce international, puisque c’est l’objet du projet. C’est souvent technique, c’est ce que je nomme “très clair!”. Ensuite, voyons ce qui reste. Ce qui reste, c’est l’enrobage, la façon de présenter les choses pour les rendre plus digestes, plus acceptables. C’est ce que j’appelle “l’enfumage!”. Vous allez comprendre.

 

Prenons par exemple le point N°1:

Vient d’abord, l’objectif déclaré. Je cite: “L’accord contiendra exclusivement des dispositions sur les zones commerciales et liées au commerce applicables entre les Parties”. Très clair, non? (Notez qu’il s’agit uniquement de commerce international, sachant que “les Parties” sont l’Union Européenne et les États-Unis).

Arrive ensuite l’enrobage: “le traité transatlantique de Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement est basé sur des valeurs communes, notamment la protection et la promotion des droits de l’homme et de la sécurité internationale”. Enfumage!

 

Autre exemple, le point N°7 dans lequel il est question de “réaliser le potentiel inexploité d’un véritable marché transatlantique”, (très clair!) “générant de nouvelles opportunités économiques” (très clair) “pour la création d’emplois et la croissance” (enfumage!) “grâce à un accès accru aux marchés” (très clair!), “une plus grande compatibilité de la réglementation” (très clair!) et la définition de normes mondiales (très clair!).

 

Essayez-vous à ce petit jeu, vous verrez, c’est très édifiant!

 

Je ne resiste pas au plaisir de faire avec vous l’analyse du point N°37, qui concerne les échanges liés à l’énergie et aux matières premières:L’accord comprendra des dispositions concernant le commerce et les aspects liés à l’investissement de l’énergie et des matières premières” (très clair!). “Les négociations devraient viser à assurer un environnement commercial ouvert” (très clair!), “transparent et prévisible en matière d’énergie” (enfumage!) “et à garantir un accès libre et durable aux matières premières” (très clair!). On n’a donc pas fini de bagarrer contre le gaz de schiste!

 

Alors, TAFTA ou taffetas. Les deux! Avant tout un tissu oui, mais aujourd’hui un tissu de mensonges! Celui des États pour le profit des puissants d’aujourd’hui, les multinationales . Il va falloir remettre au goût du jour Aristide Bruant, la chanson des canuts! “... Mais notre règne arrivera quand votre règne finira. Nous tisserons le linceul du vieux monde car on entends déjà la révolte qui gronde...”

 

Merci de votre attention!